Découvrons la méthodologie et les matériaux utilisés par les fabricants automobiles lors de la conception et de la réalisation de la carrosserie en usine. La carrosserie est en effet ce qui impacte le plus l’œil lors de la perception d’une voiture, avant de s’intéresser à son contenu et à ses capacités moteur. Voici donc un résumé de ce qui se passe sur les lignes de montage dans la section carrosserie, présenté par votre épaviste gratuit dans le 92.

Une combinaison de besoins à mettre en œuvre

En amont de la mise en forme de toute carrosserie, les fabricants doivent être en possession de matériaux appartenant à une gamme élevée en technicité. Les garanties constructeur qui sont exigées aujourd’hui contraignent à élaborer un cahier des charges toujours plus exigeant, et ainsi, on doit être capable d’allier la beauté de l’aspect du produit et sa pérennité dans un cadre économique définit, tout en se centralisant sur la sécurité qu’il assure au passagers contre les accidents mais aussi en cas d’intempéries. L’environnement doit aussi être respecté lors des opérations de fabrication de même que des impératifs sociaux. Une carrosserie est rassembleuse car elle permet à tous les organes mécaniques d’être assemblés en les maintenant par son biais. Au niveau des matériaux, trois principaux matériaux sont utilisés dans le domaine de la carrosserie; l’acier galvanisé, les polymères et des alliages dont la source est de l’aluminium. L’acier reste le matériau le plus présent dans la carrosserie car celui-ci possède un résistance incomparable, et de plus, est peu onéreux en comparaison avec les autres. Cependant, les besoins étant très variés, de nombreux autres matériaux sont utilisés pour répondre à des spécificités et d’une façon générale, ce sont les aciers d’emboutissage qui sont le plus fréquemment employés car leurs propriétés offrent une bonne résistance contre le phénomène de corrosion et de fatigue de la matière, ils procurent également une bonne absorption des chocs et une contrainte d’élasticité de bas niveau.

Aux mains des robots

En usine, les aciéristes livrent de la tôle d’acier pour la confection des carrosserie. Ces tonnes d’acier nécessaires à leur réalisation se présentent sous la forme de bobines d’une épaisseur allant de 0,7 mm à 2,5 mm. Elles sont ensuite déroulées puis découpées. La livraison de l’aluminium s’effectue sous forme de paquets. Les pièces brutes qui en sortent passent sous l’action d’une presse afin d’être embouties et de constituer ainsi la carrosserie. Par ailleurs, différentes soudures doivent être opérées par le moyen d’un laser ou de points de soudure que l’on retrouve sur les portes, les côtés de caisse et les soubassement par exemple. Les pièces en aluminium sont rivetées ou clinchées afin de constituer un ensemble. Puis, vient la phase de peinture. Au préalable, la carrosserie est soumise à plusieurs bains pour lui procurer une protection anti-corrosion, on mastique les jonctions pour la rendre parfaitement étanche aux fluides mais aussi pour lui donner un certain niveau d’insonorisation. Par la suite, des couches de peinture colorées sont projetées sur sa surface puis on y applique un vernis. Dans un dernier temps, de la cire est injectée dans les creux pour garantir 12 années contre la corrosion. Il faut savoir qu’une bonne carrosserie finie est une carrosserie possédant un coefficient d’écrouissage important, cela permettant une meilleure répartition lors d’une déformation.

Votre épaviste gratuit dans le 92 vous surprendra peut-être en vous informant que 2000 tonnes de puissance de frappe d’une presse sont nécessaires pour une tôle de 0,7 mm ! Pour réaliser une carrosserie, douze kilos de peinture sont nécessaires mais aussi 330 serrages de vis et pas moins de 4000 points de soudure…

Rappelez moi
+
Rappelez moi!